Dr Thèrno Abass Kâ, médecin du CNG : «tester les lutteurs à 72 heures de leurs combats» - LutteTV

Dr Thèrno Abass Kâ, médecin du CNG : «tester les lutteurs à 72 heures de leurs combats»

Pape Ndiaye 30/12/2020 14:11 Actualités
lutte-senegalaise

Médecin du sport et président de la commission médicale du CNG, Dr Thièrno Abass Ka a accepté de parler du protocole sanitaire que le Cng de lutte aura proposé pour la reprise des compétitions de lutte. «Pour le protocole sanitaire de la lutte, c’est presque la même chose : «il faut respecter les mesures barrières, limitation du nombre de personnes qui vont être dans l’organisation, limitation du nombre de personnes qui vont accompagner les lutteurs, limitation du nombre des organisateurs, limitation des officiels, limitation de la sécurité… Concernant les spectateurs pour l’instant ce n’est pas possible. On avait proposé que les compétitions de lutte puissent se faire à huis clos, en attendant de voir comment va évaluer cette deuxième vague de la maladie du coronavirus. Et en même temps, toute les personnes qui vont entrer en contact avec le sportif lui-même doivent être testés. C'est-à-dire que l’arbitre qui va faire le combat va être testé, le médecin qui va officier là-bas doit être testé, les lutteurs aussi être testés. Ils doivent être testés au moins 72 heures avant un combat. ça veut dire qu’avant qu’on aille au stade et dans les 72 heures, le lutteurs doit présenter un certificat médical attestant qu’il n’a pas la maladie. Si le sportif qui doit disputer un combat se blesse trois jours avant, qu'est ce qu’on fait ? N’est ce pas que le combat est reporté ? c’est la même chose. Faire le test quinze jours avant le combat… et si les 15 jours après, il part aux entraînements et qu’il contracte la maladie, c’est la même chose. Parce qu’il va continuer à s’entraîner avec son groupe. Parfois les conditions d'entraînement ne sont pas encadrées avec des gens qui viennent, il va entrer en contact avec eux. Cela veut dire qu’il y’a des risques».

Les TOPS DU MOMENT