Mbaye Fall sur l’absence du Fassois à «L’œil du Tigre» : «Tapha Guèye est en Gambie pour un projet...» - LutteTV

Mbaye Fall sur l’absence du Fassois à «L’œil du Tigre» : «Tapha Guèye est en Gambie pour un projet...»

Pape Ndiaye 26/08/2022 16:17 Actualités
tapha-guèye-mbaye-fall-lutte-senegalaise

Le Magazine «L’œil du Tigre», qui passe sur la 2sTv chaque dimanche, est diffusé depuis quelque temps sans la présence de Tapha Guèye, un des chroniqueurs de l’émission, avec Bécaye Mbaye.
Interpellé sur cette absence, le concepteur de l’émission, Mbaye Fall, apporte des éclairages. «Tapha Guèye a voyagé. Il est en Gambie pour prospecter sur place la possibilité de projets de combats de lutte dans ce pays. C’est «L’œil du Tigre» qui l’a délégué pour aller explorer le terrain en vue d’organiser éventuellement des combats en Gambie. Il est allé à la rencontre des acteurs de la lutte», soutient au bout du fil Mbaye Fall. Qui informe que le frère de feu Mbaye Guèye devrait être de retour de son voyage incessamment, avant de reprendre l’animation de «L’œil du Tigre», le dimanche 4 septembre.
Revenant sur le projet gambien, Mbaye Fall dit souhaiter «que Tapha Guèye puisse tomber d’accord avec les acteurs de la lutte gambienne. «L’œil du Tigre» dispose aussi d’une licence pour organiser des combats en Gambie», renseigne-t-il. Tout en soutenant «que Tapha Guèye, qui avait créé Tiger Productions, est en terrain connu pour avoir souvent côtoyé les acteurs de la lutte dans ce pays voisin et frère». Les charges moins lourdes en Gambie.

A la question de savoir s’il y aura des lutteurs sénégalais qui seront emmenés en Gambie, le concepteur de «L’œil du Tigre» dit n’exclure aucune éventualité, d’autant plus que «les lutteurs sénégalais se déplacent souvent en Gambie pour y disputer des combats». S’appuyant sur l’engouement suscité par la lutte en Gambie, «L’œil du Tigre» veut conquérir le terrain de la lutte dans ce pays qui, selon Mbaye Fall, constitue un bon créneau où il est plus facile d’organiser des combats à cause des charges moins exorbitantes.
«Pour organiser un grand combat au Sénégal, il faut casquer 250 millions Cfa, le cachet des lutteurs et les frais d’organisation y compris. Alors qu’en Gambie, les charges sont moins lourdes. Il est plus facile d’y organiser des combats. Et surtout les Gambiens aiment la lutte», se félicite Mbaye Fall.

lequotidien.sn

Les TOPS DU MOMENT