PROMOTEUR DES GRANDS ÉVÈNEMENTS : LUC NICOLAÏ AND CO, ROI DE L’INNOVATION - LutteTV

PROMOTEUR DES GRANDS ÉVÈNEMENTS : LUC NICOLAÏ AND CO, ROI DE L’INNOVATION

Pape Ndiaye 31/05/2022 13:08 Actualités
luc-nicolai-modou-lo-ama-baldé-lutte-senegalaise

Au coude à coude avec ses pairs, le promoteur Luc Nicolaï a activement contribué à l’essor de la lutte. En véritable Maître de Cérémonie (MC), le Mbourois s’était hissé sur une plateforme, apportant à son échelle personnelle, un plus dans le montage des combats et dans la nomenclature de l’arène.

Luc Nicolaï aime la lutte. Avant d’être promoteur, c’est clair qu’il est d’abord et avant tout un grand amateur du sport roi au Sénégal. C’est cet amour qu’il a voulu certainement partager avec les autres amateurs en montant des chocs. Il faut aussi souligner qu’il a beaucoup tendu la perche aux lutteurs de sa localité (Mbour). Les lutteurs de Mbour étaient les acteurs privilégiés du promoteur. Bazooka, Jordan (Mbour), Pakala, Auguste, Boy Mbour et bien d’autres. Luc Nicolaï depuis longtemps n’a cessé de promouvoir les jeunes autour de lui, avant de se tourner vers les autres lutteurs plus influents et plus cotés. Mieux, cet amour pour la lutte lui a donné l’idée d’animer plusieurs régions pour égayer les populations friandes du sport national. Le duel Ouza Sow (Fass) / Auguste (Mbour), organisé le 29 avril 2007 au stade Massène Sène de Fatick. Le stade Lamine Guèye de Kaolack, qui a accueilli le choc Bazooka (Mbour) / Khadim Gadiaga (Rock Énergie), le 4 mai 2008. Le stade Me Babacar Sèye de Saint-Louis avec la confrontation Bazooka (Mbour) / Lac 1 (Walo). Tapha 2 (Fass) / Jordan (Mbour) au stade régional de Tamba, le 23 mai 2009. L’opposition Baye Mandione / Bazooka du 24 janvier 2010, tenue au stade Caroline Faye de Mbour. Le stade municipal de Kaffrine avec Usine Doolè (Amoul Séral) / Mbagnick (Ndakaru). Le stade Djibril Diouf de Louga (ex-Watel), où s’est tenu le combat Soulèye Dop (Sine Saloum) / Lac de Guiers 1 (Walo), le 19 mars 2011. Stade Lat Dior de Thiès avec Pakala (Mbour Montagne) / Forza (Fass). Toubabou Dior 2 (Guinaw Rails) / Zale Lô (Pencum Ndakaru), organisé le 29 janvier 2011 au stade Ély Manel Fall de Diourbel. Au stade de Louga avec Assurance (Mbour) / Ablaye Wade (Mor Fadam).

Et surtout le 18 décembre 2010, au stade municipal de Mbour, où Pakala (Mbour Montagne) avait tétanisé Boy Nar (Fass) par un cinglant KO. Durant toutes ces visites dans ces différentes régions, Luc Nicolaï a apporté bien plus que de la joie aux amateurs : il a véhiculé son patriotisme.

Roi de l’innovation : 3 évènements cultes

Les amateurs du Sénégal et de la diaspora n’oublieront pas de sitôt 3 évènements cultes de Luc Nicolaï and Co. Des spectacles féériques. D’abord le 21 mars 2010, lorsque la structure a libéré le pays du cauchemar qu’était le choc Balla Gaye 2 (Balla Gaye) / Modou Lô (Rock Énergie). Parmi les lutteurs les plus populaires du pays, la rivalité était à son paroxysme. Lors de la signature de contrat au centre aéré, c’était la guerre entre le clan de Balla et celui de Modou Lô. Même lors des autres combats qui n’engageant pas les deux lutteurs, les supporters de Modou Lô et de Balla Gaye 2 se détestaient quand même dans les stades et s’affrontaient. Lors des cérémonies de mariages, baptêmes, les pèlerinages à Tivaouane ou à Touba, ils se détectaient dans les foules, les assemblées et s’empoignaient. Le Sénégal ne dormait plus à cause de Balla Gaye 2 et Modou Lô. Et dans un spectacle incroyable avec des feux d’artifices qui entouraient le Guéw, Balla Gaye 2 avait pris le dessus sur son adversaire quand le choc s’est tenu.

Et le mercure de la paranoïa, du fantasme et du fanatisme rechuta dans le pays. Le second spectacle, où Luc Nicolaï a innové, c’était à Mbour. Plus précisément au stade municipal de la localité, le 18 décembre 2010, lors du choc Pakala (Mbour Montagne) / Boy Nar (Fass). C’était de la folie !

De toute l’histoire des promoteurs au Sénégal, aucun n’a fait comme lui et personne n’oserait essayer ce que le Mbourois avait fait ce jour-là pour apporter un plus au gala. Luc Nicolaï s’était transformé en cascadeur. Avant la tenue du grand combat, il était à plus de 5 milles mètres d’altitude au-dessus du stade et attaché dans le même parachute qu’un expérimenté Européen. Luc Nicolaï s’était éjecté dans le vide d’un petit avion bimoteur. Planant dans les airs, amorçant une descente lente pour atterrir en plein milieu du stade, juste dans le Guéw. C’était incroyable, c’était impensable, inimaginable !

Le 3ème fait marquant, c’était l’organisation du choc royal entre Yékini (Ndakaru) et Balla Gaye 2 (Balla Gaye). Un combat générationnel. Le Roi des arènes n’avait jamais été battu de toute sa carrière et était resté 8 ans durant comme le Khalife général des lutteurs. Mais cette fois, il croisait pour la première fois un jeune aussi doué et même plus doué que lui. Les signatures de contrats et autres Jakaarlo charriaient leur lot de violences. Mais le 22 avril 2012, un seul lutteur était resté débout : c’était Balla Gaye 2, le plus jeune Roi des arènes à 26 ans.

Le CLAF : Une belle expérience

Gaston Mbengue avait créé un CLAF (Championnat de Lutte avec Frappe), mais Luc Nicolaï avait lancé un CLIF (Championnat de Lutte intensif avec Frappe). Au coude à coude avec Gaston, il avait lui aussi, à sa manière, créé des stars. Cette belle expérience avait été un véritable laboratoire de champions.

Le CLIF n’a duré que 5 journées, mais il a mis aux prises de jeunes lutteurs devenus des références dans l’arène aujourd’hui.

À l’instar des autres promoteurs du pays, Luc Nicolaï a activement apporté sa pierre à l’édification de notre sport. Un véritable don de soi.

Source Sunu Lamb, par Mamadou KONÉ, New York City (USA)

Les TOPS DU MOMENT